Bienvenue sur Azura, cet archipel contrôlé par un pouvoir invisible faisant abattre sa loi par ses traqueurs nocturnes et son armée glorieuse.
Le monde n'a que la limite du vent, il est à vous.
Les Pourpréens incontrôlables, le Cercle et leur gloire, mercenaires ambitieux, Chasseurs à l'affût, rebelles silencieux ou moines discrets.



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Le staff d'Azurarpg vous souhaite la bienvenue ! Il est demandé aux membres de bien tenir leur journal à jour et d'apporter les modifications nécessaires !

Partagez | 
 

 Iavo Stern

Aller en bas 
AuteurMessage
Iavo Stern
Moine
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/05/2011

Feuille de personnage
Capacités (et Pouvoirs) :
Armes et acquisitions:
Liens & Affinités :

MessageSujet: Iavo Stern   Lun 30 Mai 2011 - 0:02

Iavo Stern



    °0o0° … Identité …

    Nom : Stern
    Prénom : Iavo
    Surnom : Merle, Io
    Sexe :
    Âge : 31 ans

    °0o0° … Compétences …

    Caste : Moines de Linea
    Armes & armure : Iavo possède un long bâton de bois sombre et marqué d'inscriptions qu’elle manie avec une dextérité redoutable et un poignard à la lame longue et recourbée dont elle ne se sert pour ainsi dire jamais.
    Pouvoir : Elle possède les pouvoirs auxquels ont accès les Moines. En cas de besoin, elle devient d’une force et d’une endurance incroyables, ce qui la rend, dans les meilleures conditions, capable de rivaliser avec les guerriers les plus aguerris. Ce n’est cependant un pouvoir qu’elle affectionne beaucoup. Elle possède d’autres capacités, bien plus secrètes, bien plus occultes, que lui sont permises via des méditations régulières ou des prières à l’adresse des divinités appropriées. Certains diront aussi qu’elle a une sorte de sixième sens.


    °0o0° … Apparence …

    Iavo n’est certainement pas laide, mais sans être une des plus belles, elle possède un des atouts les plus séduisants qui soient. À savoir qu’elle est bien dans sa peau. En fait, pour tout vous dire, elle est sans doute légèrement plus coquette que ne le permet la sobriété habituelle des autres Moines de Linea. Elle aime à se parer de différents éléments dénichés dans la jungle de l’île. Coquillages, fleurs, plumes, pigments naturels…Tout y passe. L’effet étant toujours, heureusement, assez réussi. Cependant, les peintures qu’elles arborent sur le visage ou le reste de son corps sont le plus souvent dues aux pratiques religieuses de sa communauté. Il en a va de même pour ses vêtements. Vêtements qui sont longs, amples et de couleurs claires la plupart du temps. Pour le reste, Iavo n’est pas une femme très grande et ne possède pas non plus un corps particulièrement sculptural malgré les entraînements réguliers auxquels doivent se prêter les Moines de Linea. Elle reste néanmoins dans une très bonne forme physique et est dotée d’une grande souplesse. Sa chevelure est d’un roux sombre, mais Iavo n’a pas pour autant la même pâleur qu’ont certains rouquins. Ses yeux, pour leur part, sont en forme d’amande et ont des iris d’un bleu trop teinté de gris pour être étincelant. Néanmoins, ils sont toujours habités par un air à la fois mystérieux et un peu détaché du reste du monde. C’est une impression, par ailleurs, que tout son être donne.


    °0o0° … Personnalité …
    Iavo est décidemment ce qu’il est convenu d’appeler une bonne vivante. Elle est sans tabous, sans complexes et aborde encore la sexualité avec une sorte de curiosité de jouvencelle malgré l’expérience et la maturité que lui confère les années. Elle aime à rire, elle aime à manger, elle aime à sentir tout simplement la caresse d’une brise dans ses cheveux ou encore le courant vivifiant d’un ruisseau contre sa peau. Son appartenance à la caste des Moines lui a cependant inculqué une certaine tempérance qui lui permet d’atteindre l’équilibre et la paix intérieure. Bref, son appétit dévorant pour la vie n’est pas du tout restreint, mais elle a la sagesse nécessaire pour le canaliser, ce qui la rend d’autant plus sereine. Iavo s’intéresse à des sujets éclectiques, étant une de ces âmes qui se trouve à être d’une grande curiosité. Elle est loin cependant d’être la plus érudite des siens, elle est plutôt une des femmes les plus charismatiques et les plus ambitieuses parmi les Moines. En vérité, elle est même une de celles qui poussent les siens à l’action et qui veut les sortir de leur havre reclus pour faire face à l’avenir menaçant qui se profile dans les prophéties Linéennes. Elle est aidée en cela par son fort caractère et son tempérament volontaire. Malgré tout, de façon assez étrange, Iavo reste assez secrète. Elle cultive le mystère autour de sa personne et s’y complait. Elle a presque en permanence un côté vaguement moqueur, résolument énigmatique, et considèrerait le villageois le plus humble et ou le Roi du même œil.

    °0o0° … Histoire …

    L’histoire d’Iavo commence avec celle d’une naufragée recueillie par les Moines de Linea. C"étaut au lendemain d’une tempête sentencieuse et déchaînée ayant secoué les flots de l'océan. Cette femme fut soignée et reçut l’hospitalité. Pourtant, jamais elle ne prononça le moindre mot sur le drame qu’elle avait vécu. Toujours, elle fut l’étrangère au sein du monde que s’étaient construits les moines même si jamais elle n’émit le souhait de partir.
    Toujours, l’éplorée demeural’éplorée. Cette femme ne fut pas non plus véritablement une mère pour la petite fille à laquelle elle donna naissance peu après la tourmente. Elle fut nommée Iavo, le petit merle. La fillette en ses qualités d’enfant s’intégra parfaitement à la vie que lui proposaient les Moines, si bien qu’un fossé infranchissable s’instaura rapidement entre elle et la femme qu’on prétendait être sa mère. Iavo eut ainsi toute la latitude voulue pour recevoir les enseignements prodigués par les Moines, et, tout naturellement, au fur et à mesure qu’elle grandissait, elle fut considérée comme un membre à part entière de leur communauté. Sa mère mourut pendant son adolescence, terrassée par la solitude et le chagrin qu’elle avait elle-même cultivé. Iavo ne fut pas endeuillée longtemps, elle ne ressentit même qu’une vague indifférence. La jeune fille avait une autre famille, une famille qui, elle, la comprenait et l’aimait.

    Lorsqu’elle fut adulte, Iavo, comme tous les autres moines avant elle, se prêta à la cérémonie d’initiation. Pour l’occasion, on rasa ses beaux cheveux roux que les plus sages considéraient comme une source potentielle de vanité. Elle devait être humble pour être admise. Elle eut les mêmes visions étranges que les autres moines, visions dont elle fit état auprès des siens avec le plus grand soin. Sa formation se poursuivit sans encombres notables puisqu’elle était brillante et appliquée. Elle apprit à se battre dans le but avoué de défendre l’île d’agresseurs éventuels (Pirates, Membres du Cercle…),honora les divinités de sa religion avec le plus grand respect et médita sur une base régulière. À plusieurs occasions, elle eut des liaisons avec certains hommes parategant sa vocation et aussi, à quelques reprises, avec des femmes.

    Puis, à une certaine époque, les Moines de Linea décidèrent d’envoyer quelques uns des leurs à Azura et dans les autres cités de l’archipel pour prendre compte de la situation actuelle. On savait que des changements graves allaient survenir et il était temps de diriger les habitants de l’archipel en ce sens. Tous étaient rebutés à l’idée de quitter leur doux havre de paix, luxuriant et sauvage. Néanmoins, un bon nombre d’hommes et de femmes manifestèrent leur appui. Leur but était plus grand et plus noble que leur confort. Iavo était du lot, ce qui ne suscita l’étonnement de personne. Elle avait alors vingt-six ans et désirait ardemment découvrir ce qu’était la vie en dehors de l’univers qu’elle avait toujours connu. (Au contraire de la grande majorité des Moines qui avaient choisis d’intégrer Linea à un moment ou à un autre de leur vie.) Par contre, ce qui se révéla à la jeune moine lui apparut rapidement comme étant miséreux, profondément triste et rongé par l’injustice. Un jour, alors qu’elle évoluait à travers les dédales d’un marché extérieur, elle arrêta la main d’un enfant qui s’apprêtait à voler de la nourriture. L’incident ne dura qu’une poignée de secondes, le petit garçon n’ayant pas tardé à se dégager et à s’enfuir, effarouché. Cela n’empêcha pas Iavo de comprendre qu’il s’agissait là d’un Pourpréen. Elle avait vu dans ses yeux.

    Iavo aurait très bien pu oublier le petit voleur s’il n’avait pas réitérer plusieurs minutes plus tard. Un marchand, furieux à cause du larcin, s’était lancé à sa poursuite dans l’intention évidente de lui faire du mal. Le petit Pourpréen venait de la dépasser dans sa course, et l’homme fonçait comme un taureau à la charge. Elle ne fit qu’un pas et s’interposa entre eux, plantant son regard dans celui de l’homme. Il s’était alors arrêté net, étonné, voire médusé. Il était bien plus grand qu’Iavo, bien plus imposant aussi. Pourtant, la jeune femme faisait figure d’impératrice face à lui, le petit garçon agrippé à sa tunique. Le marchand parvint à articuler sévèrement quelque chose comme :Poussez-vous, bon sang! Que je donne à ce chien galeux ce qu’il mérite!
    Iavo s’y refusa, arguant avec aplomb que faire du mal à un enfant luttant pour sa survie était inadmissible. L’homme, voyant l’attitude de la rouquine comme une provocation, fit un pas en avant et leva son énorme main. Iavo ne bougea pas d’un cil et, sous une impulsion terrible, elle fit plus de dommages qu’avec n’importe quel geste. Elle venait de méditer et, avec sa simple force mentale, elle appliqua une torsion sur l’esprit de l’homme. Une torsion qui le brisa et l’altéra à tout jamais. Hagard, les yeux devenus cruellement absents et froids, il s’éloigna de la moine qui ne s’expliquait pas comment elle avait pu accomplir une telle démonstration de force. Sur le coup, elle n’en éprouva pas de honte, ni même de contrecoups. Elle était légèrement vidée, sans plus. Elle s’occupa, par la suite, de l’enfant animal qui ne parlait qu’avec la plus grande des difficultés. Il était torturé par son don et n’était plus humain qu’en partie. Il n’avait personne pour le guider, personne pour l’aider à apprivoiser la bête qui se mouvait en lui et le dévorait lentement. Prise de compassion, Iavo se donna comme mandat de le prendre sous son aile, se proposant de devenir la mère qu’il n’avait pas. Elle se lia à lui durant trois jours, puis il disparut. Iavo, naturellement, partit à sa recherche, et ses pas la guidèrent dans la forêt. Au fur et à mesure qu’elle avançait, elle comprenait que quelque chose d'affreux était arrivé. Le vent lourd qui passait dans l’herbe comme un gros serpent le lui murmurait. Confusément, la jeune femme percevait des geignements de bête et des pleurs insistants, émanant de plusieurs directions à la fois. Elle délirait, n’ayant plus qu’un pied dans la réalité. Réalité qui se dérobait sous elle et se distendait en la narguant.
    Finalement, Iavo perça un écran odorant de fougères et découvrit. Aussitôt, son cœur se glaça d’horreur et elle se mit à hurler de désespoir. Le petit Pourpréen était allongé sur la terre humide, les yeux opacifiés par un voile qui ne serait jamais froissé, le corps raidi par la mort. Ses vêtements étaient déchirés, son visage défiguré. La vérité se fit. L’homme altéré avait erré dans les bois. L’homme altéré avait trouvé le garçon et en avait fait sa proie, son jouet. Vengeance malsaine. II avait fait subir les pires tourments imaginables à son coeur innocent, déversant sa folie avant de lui offrir la délivrance et l’éternel oubli de la mort. Geste inutile pour effacer l’horreur.
    Longtemps, Iavo berça le petit corps contre son sein. Longtemps, elle pleura. Pleurant avec la douleur et l'incompréhension d’une mère à la fois bafouée et infanticide. C’était entièrement sa faute si le petit était mort.

    Une de ses divinités, Elleisa peut-être, la Transcendante, avait exigé son dû. Iavo avait utilisé ses pouvoirs à mauvais escient et il y avait un prix. Il y avait toujours un prix à payer tôt ou tard. Elle avait voulu protéger l’enfant et, maintenant, on le lui enlevait. Son esprit vacillait, luttant sans y croire contre l’abîme du chagrin. Néanmoins, Iavo parvint à conserver sa raison. Dans un effort considérable, elle fit une sépulture à l’enfant et psalmodia pour la paix de son âme pourpre. Ensuite, elle fit un feu et laissa son regard se perdre dans la danse flamboyante et dénuée de sens des flammes. Même en ressassant sans fin le fil des évènements, elle ne parvenait pas à comprendre précisément ce qui était arrivé sur la place du marché. Est-ce qu’un autre Moine avait agi ainsi sur l’esprit d’un être humain avant elle? Était-elle la première? En vérité, elle n’avait jamais entendu parler d’une telle chose. Pourtant, tout portait à croire qu’elle avait commis un sacrilège au regard de ses dieux. Ce fut là la seule explication qu'elle formula pour expliquer son malheur. Sinon, pourquoi l’aurait-on punie si cruellement? Pourquoi aurait-on exigé un si lourd tribut? Pourquoi?

    Cette nuit-là, Iavo fit des rêves confus et hallucinés. En se réveillant, elle ne conserva que l’étrange certitude que si un jour elle avait un enfant, cet enfant serait un Pourpréen.

    Par la suite, trop marquée par l’incident, la moine décida de revenir à l’île de Línea même si sa mission n’avait pas été menée à bien. On ne lui en tint pas rigueur. En fait, la plupart des Moines luttaient pour se faire entendre, l’éveil de la population s’annonçait bien plus ardu qu’il n'y avait paru au premier abord. Jamais Iavo ne fit mention de la raison qui l'avait fait revenir à qui que ce soit. Mais, après avoir fait la paix avec la mort du petit Pourpréen, Iavo repartit de Linea. Depuis, elle ménage son temps entre son île natal et le reste de l’archipel dans l’espoir d’éliminer définitivement la menace pirate et de préparer les gens aux schangements qui s’annoncent. Nul besoin de dire qu'Iavo est devenue tout particulièrement favorable à la cause des Pourpréens et qu'elle est persuadée qu'ils joueront un rôle déterminant et salutaire.

    °0o0° … What else ?

    Code du règlement : Ok by Nynia
    Autre chose à ajouter ? Surpris!?
    Comment avez-vous connu le forum ?
À peu près comme tout le monde ici....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durn Lineam
Pourpréen
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Capacités (et Pouvoirs) :
Armes et acquisitions:
Liens & Affinités :

MessageSujet: Re: Iavo Stern   Lun 30 Mai 2011 - 11:46

Exactement le genre de présentation que j'adore !
L'histoire se tient bien, le personnage a une moyenne d'âge raisonnable.
J'attends l'avis d'au moins un autre admin, mais ça ne devrait pas poser de problèmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azurarpg.forums-actifs.com
Lunaris Noctis
Chasseresse
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 24
Localisation : Azura, généralement.

Feuille de personnage
Capacités (et Pouvoirs) :
Armes et acquisitions:
Liens & Affinités :

MessageSujet: Re: Iavo Stern   Lun 30 Mai 2011 - 15:14

J'approuve ^^ Tu est validée, ajoutée au groupe, et ta prèz' est déplacée ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iavo Stern   

Revenir en haut Aller en bas
 
Iavo Stern
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stern Leïra, la coquine pour vous servir ! :D [FINI]
» C'est l'histoire d'une banane vivant une folle relation avec un abricot...
» [Terminé] Legolas, que voient vos yeux d'elfe ?! [PV. Stern]
» Loon ~ Haku Carter ~ Simbad Moera ~ Amaru Lee~ Stern Doy~ Nagato Shinkay~ Kohaku Junh~ Kisao Mira~ Kurt Douglas~ Saix Yutsuki~ Leslie Glovensky~ Vianey Carlton~Tesca Carlton~Methuselah Isaura~ Andy Isaura ~ Dimitry Klauss~ Diamond Dash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie Administrative :: Les personnages :: Présentations :: Acceptées-
Sauter vers: