Bienvenue sur Azura, cet archipel contrôlé par un pouvoir invisible faisant abattre sa loi par ses traqueurs nocturnes et son armée glorieuse.
Le monde n'a que la limite du vent, il est à vous.
Les Pourpréens incontrôlables, le Cercle et leur gloire, mercenaires ambitieux, Chasseurs à l'affût, rebelles silencieux ou moines discrets.



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Le staff d'Azurarpg vous souhaite la bienvenue ! Il est demandé aux membres de bien tenir leur journal à jour et d'apporter les modifications nécessaires !

Partagez | 
 

 Eïron Firel

Aller en bas 
AuteurMessage
Eïron Firel
Apprenti forgeron
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 15/05/2011

Feuille de personnage
Capacités (et Pouvoirs) :
Armes et acquisitions:
Liens & Affinités :

MessageSujet: Eïron Firel   Sam 11 Juin 2011 - 21:24

Eïron Firel

    ~ Qui suis-je ? ~

    Nom : Firel
    Prénom : Eïron
    Surnom : Je laisse aux autres la délicatesse de me trouver un surnom... à leur risques et périls cependant.
    Sexe :
    Âge : Vingt-et-un ans

    ~ Equipement ~

    Caste : Sans caste, actuellement apprenti forgeron.
    Armes & armure : Un simple couteau attaché à la ceinture et forgé par mes soins, guère utile en combat et pourtant... ça me rassure de porter une arme dans la Basse Ville.
    Pouvoir : N/A

    ~ Physique ~

    Si le destin était clément il aurait pu m'offrir la véritable vie du fils d'un prince, vêtu de pourpre et de fines dorures aux vêtements incrustés de pierres. Porteur de capes de soies aux marques de ma maison. J'aurais pu être le fils légitime d'un membre de la famille royale, tout aurait été si bien ! Mais le destin n'est pas clément. Je ne suis pas un membre de la famille royale et encore moins le fils d'un noble. Je suis simplement le fils adoptif de la domestique d'un noble et d'un forgeron des bas quartier d'Azura. Les temps sont durs et les bourses assez vides. Désirer suivre une mode ou simplement désirer se vêtir comme on le souhaite est un luxe que je ne peux me permettre. Le physique n'est pas non plus essentiel à mes yeux : je considère que l'on est comme on est. Je dois pourtant dire qu'aider mon père adoptif n'est pas une mince affaire et que les heures passées dans la fournaise obscure de son atelier à ranger ses outils ou à remplir le four de charbon pour le garder à la bonne température ainsi que d'autres taches diverses et variées ont finis par affiner ma taille et me faire les bras. Pourtant encore loin la carrure du soldat ou du membre du Cercle ! Je ne subis pas l'entraînement d'un guerrier, seulement celui d'un assistant... et sans doute futur forgeron. En outre et malgré que mes deux parents possèdent des yeux bleux ou verts j'ai hérité d'une couleur noisette plutôt banale. Pour finir je dirais simplement qu'il ne serait pas rare de me voir affublé d'un petit pendentif retenu autours du cou par une petite chaînette en argent, un cadeau de ma famille adoptive, une fois de plus...

    ~ Caractère ~

    Plus borné qu'un pirate qui verrait un trésor briller au loin, j'ai finis par cesser de compter le nombre de fois que Gaïl, mon père adoptif, a balancé cette petite phrase de sa voix tonitruante en me désignant. Je pourrais l'avouer, le confirmer aussi... mais je suis de mauvaise foi, ainsi m'a-t-on fait.
    Vivre dans la Ville Basse ça peut avoir des avantages : ça peut vous enseigner la prudence et le goût du secret pour certains, le franc parler avec les amis pour d'autre. Ca vous enseigne aussi la solidarité et la serviabilité : quand un voisin se fourre dans la fange il pourra toujours compter sur une dizaine de mains pour l'en sortir, et si je peux soutenir ces mains du miens qu'il m'est possible avec mes maigres moyens je n'hésiterais pas.
    Je n'ai jamais véritablement eut l'occasion de lire de grands ouvrages, pourtant grâce à la vieille Loncha je suis parvenu à dompter les lettres et les runes et mes yeux ont déjà pu se permettre de parcourir quelques ouvrages ou le journal local et je dois dire que l'actualité m'intéresse, aidé par une curiosité jamais satisfaite. Un puit sans fond où l'on peut déverser des vagues infinies de savoir disait la voisine... un jeune gaillard qui préférait utiliser ses mains ou ses yeux alors que l'age poussait à trouver une compagne ou une demoiselle de coeur. Pourtant ce genre de relation ne m'intéresse pas. Pourquoi ? Je ne saurais le dire. Je crois volontiers en la force de l'amitié : ensemble on est plus fort, comme pour éteindre une maison en feu, plus on a de bras disponible, plus c'est simple. Mais je ne crois pas en la force du coeur et de l'amour, celui dont on dit qu'il pourrait faire naître des miracles. Mes amis le savent bien mais ne se privent jamais de prophétiser l'arrivée d'une demoiselle qui sera mon "élue" en me présentant parfois quelques prétendantes que je repousse sans cesse, inlassablement. Je le prends sur le ton de la plaisanterie et ne me gêne aucunement pour bien leur rendre... d'autre manières.
    Que dire d'autre ? Je pense tenir assez mal la boisson. Non, rectification : je tiens mal la boisson et préfère donc l'éviter du mieux que je peux. Je me plie assez facilement aux ordres venant de Gaïl même si les joutes ne sont pas pour autant inexistantes. Cela dit, je dois dire que je suis parfois des plus lunatiques, changeant d'humeur sur un coup de tête. Ainsi il m'est possible de sortir d'une bonne farce avec mes amis, le sourire jusqu'aux oreilles, avant de me perdre à la contemplation du ciel, l'esprit dans l'azur, allongé sur le large garde-fou du balcon accessible depuis ma chambre.
    Les responsabilités ne m'intéressent pas, je rêve d'une vie paisible où je peux me permettre de vivre comme je l'entends et que le monde me fiche la paix. Oui... j'en rêve. Certes, j'ai quelques ambitions, je ne suis pas de ces fous idéalistes qui pensent pouvoir vivre d'air pur et d'eau fraîche. Des ambitions et des rêves plein la tête. Pourtant je sais aussi que je serais probablement amené à reprendre la forge de Gaïl par la suite, étant l'aîné. Ce n'est pas mon désir mais ainsi va la vie : des obligations, on a pas le choix... et je m'y plie sans rouspéter. A quoi bon de toute manière ?
    Pour finir, en parlant d'obligations, je dois dire qu'au moment où j'écris ces lignes, perdu seul dans ma chambre, je vois déjà la montagne de corvées qu'est entrain de me trouver Gaïl. Quelle envie j'ai de me jeter dans les draps pour ne plus les quitter !
    Dur dur la vie d'apprenti...

    ~ Vie ~

    Un jeune homme court dans les plaines verdoyantes. Il court vers l'horizon, ne prenant pas la peine de savoir où il va ni pourquoi, il se content d'avancer. Il profite de l'air frais qui vient caresser ses narines, de la douce chaleur des rayons du soleil contre sa peau, du ciel azur aussi clair que le lac Cadaran.
    Avancer, toujours tout droit.

    Le décor change doucement, le voilà en forêt, allure réduite il marche tranquillement, tendant l'oreille pour capter tout les bruits qui l'entourent. Du chant des oiseaux aux stridulations des sauterelles en passant par la course des rongeurs en quête de provisions. Tout ce petit monde qui s'anime dans cet espace préservé des hommes...
    Avancer, toujours tout droit.


    - Le bois ne va pas se rentrer tout seul tu sais ?
    - Quel sacrilège... il fait si beau aujourd'hui !
    - Peut-être préfères-tu quelques taches dans l'atelier, à l'abri du soleil ?

    Soupire... je me décide à rouvrir les yeux non sans un bâillement sonore avant de me redresser pour fixer Gaïl qui m'appelait depuis la rue. Encore du boulot ! Evidemment avec la nouvelle campagne militaire lancée par la famille Royale nous voilà avec une flopé de nouveaux soldats à équiper et donc du travail par dessus la tête. Que notre enclume se brise en deux à forcer de frapper dessus ne m'aurait pas étonné. Enfin...

    - Nan ça ira. Je compte profiter encore un peu du soleil.

    Il me fixe, finit par sourire... si je puis appeler ça un sourire mais c'était ça manière d'acquiescer, je le savais bien. Un nouveau soupir... je finis par descendre de mon perchoir en me dirigeant vers la pile de bois qu'on entreposait derrière la maison et qu'il allait falloir rentrer pour l'hiver qui approchait.
    Et avec l'hiver le concours d'entrée pour une académie. Concours que j'hésite à tenter.
    Bah... le bois d'abord, on verra ensuite.
    Avancer, toujours avancer.
    De l'avant

    ~ What else ? ~

    Code du règlement : V.I.P >.>
    Autre chose à ajouter ? Nop...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eïron Firel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie Administrative :: Les personnages :: Présentations :: Acceptées-
Sauter vers: